Auteurs Titres
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 , A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Contes liquides

Jaime Montestrela


Contes liquides
Contes philosophiques
Dans la collection Philox dirigée par Franck Pruja
Traduit du portugais par Hervé Le Tellier
paru en juin 2012
14 x 18 cm, 104 pages
isbn : 978-2-36242-024-5
prix public : 12 €

Présentation :

« Sur l’île de Tahiroha, le jour du Vendredi saint, les cannibales convertis au christianisme ne mangent que des marins. » L’écrivain lisboète exilé Jaime Montestrela (1925-1975) écrivit ces «contes liquides» à Paris, de mai 1968 à juin 1972, au rythme de deux ou trois par semaine. Plus de mille, donc. Nous en présentons ici quatre-vingts, ce qui n’est pas mal, compte tenu du fait que le traducteur ne parle pas portugais.

Livre préfacé par Hervé Le Tellier, postface de Jacques Vallet. Avec un dessin de Fernando Puig Rosado en ouverture.

GRAND PRIX DE L\\\'HUMOUR NOIR XAVIER FORNERET 2013

 

Extrait :

Le 13 mai 1965, le conseil municipal de Pine Gulch (Utah, 32 145 hab.) décida d’expulser de la langue tout vocable afférant à la sexualité. Très vite, on interdit des mots innocents (de kangourou à nuage), soupçonnés de remplacer les mots bannis. Puis, le silence lui-même devint suspect. Aujourd’hui encore, mieux vaut éviter Pine Gulch et plutôt passer par Bear Woods, en prenant la SR 204.

(conte n°9, à J.T.*)
 
* Sans doute Jean Tardieu.

 

1034 expériences officielles de télékinésie (déplacement d’un objet par la seule force de la pensée) menées en 1958 dans les laboratoires souterrains de Novossibirsk (Union Soviétique) sous la direction du Pr. Boris Nicolaïef Bloudjine ont prouvé de manière substantielle que les doigts étaient finalement très efficaces pour déplacer une allumette.

(conte n°14)

 

Depuis que toute vie s’est éteinte sur la planète X34, à la suite d’incessantes guerres de religions, elle n’est plus peuplée que par des dieux dont le nombre est difficilement quantifiable. Ceux-ci, incapables depuis longtemps de la moindre création, passent le temps en jouant aux dés.

(conte n°173)

 

Presse :

« Un traducteur au sens originel de trans ducere, celui qui conduit à travers une œuvre, le traducteur est un inventeur au sens qu’on donne à ce mot quand on invente et qu’on découvre un trésor. Eh bien oui, Hervé Le Tellier a inventé ce trésor littéraire de Montestrela. Edgar Poe aurait sans doute traduit ces Contos aquosos par « Courtes histoires extraordinaires ». Baudelaire les aurait sous-titrés « Tout petits poèmes en prose », Vialatte les aurait glissés en postface pour des « dernières nouvelles de l’Homme et de l’Extra-terrestre » car c’est bien de cela qu’il s’agit dans ces récits baroques de Montestrela-Le Tellier : on y croise Claude Monet, des savants farfelus, les tribus du Kidjita, des pizzas siciliennes, des extra-terrestres de la planète X-34, le docteur Jeckyll, les peuplades de mystérieux pays en -stan, et même Jésus avec la rougeole. (…)
Les Contes liquides c’est une boîte de chocolats, tous ont l’air bons, légers, délicieux, fondants en bouche. Ils le sont, j’ajoute qu’ils sont surtout très drôles. Oui ces Contes liquides appartiennent à cette caste si précieuse des livres qui vous font rire tout seul à haute voix même quand vous les lisez tout bas. »
(Lucas Fournier, France Culture, Des papous dans la tête, 09/09/2012)

 

      JUNKPAGE mai 2013, un article signé André Paillaugue

      Sud-Ouest Dimanche, 29 septembre 2013, un article signé Emmanuelle Debur