Accueil
Toute Résurrection commence par les pieds
A quoi on joue ?!
Lisez-moi
Cartographie Cherokee
Auteurs Titres
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 , A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Mémoires des failles

Philippe Annocque


Mémoires des failles
Images incertaines
paru en avril 2015
14,5 x 20 cm, 232 pages
isbn : 978-2-36242-054-2
prix public : 16 €

Présentation :

     Comment dire la singularité au moyen d’un langage commun ? C’est dans cet élan que s’inscrit Mémoires des failles. Il s’agit de retracer le parcours d’une vie entière (les premières notes concernant ce projet ont plus de trente ans) sans passer ni par l’autobiographie ni par la fiction traditionnelle, en faisant ressurgir les images les plus immédiates sans recourir à une construction vraiment réfléchie. Écrire ce texte n’a jamais cessé d’être une aventure. Ce sont comme des photographies intérieures dont l’auteur est le premier surpris, assis qu’il est coude à coude avec le lecteur. Ces clichés sont rassemblés en albums qui dessinent une vie entière, de l’enfance à la maturité, jusqu’à l’entrée dans l’écriture sans que jamais celui dont le nom est sur la couverture puisse jamais affirmer « J’ai vécu cela ».

 

Extrait :

Troisième album, sixième pellicule : amphithéâtre.

Quand l’Université n’est pas en ruines, elle se trouve parfois reléguée au fin fond d’une province anonyme. (Soi-même, avec Murielle, on n’en a plus pour très longtemps, à vivre à Paris.) On retrouve là-bas l’ancien professeur de stylistique, qu’on aimait tant tous deux, et qui n’a rien perdu de sa fougue d’autrefois : debout sur l’estrade, il se désespère du silence général. « Mais enfin, selon vous, qu’est-ce qui est véritablement signifiant, dans le mot avatar ? » L’amphithéâtre entier reste muet. Alors on se résout à intervenir et à donner une définition du mot, aussi précise que possible, ainsi que les détails de son origine sanskrite. (C’est un souvenir de lycée qu’on livre là. Arrêté dans la lecture d’Aurélia par l’apparition soudaine de ce mot, on a fait une petite recherche dans un dictionnaire spécialisé qui citait, à titre d’exemple littéraire, l’extrait même du texte de Nerval par lequel on venait d’être intrigué. Cette coïncidence était déjà, pour soi-même, un peu plus qu’un hasard.)

Cependant ce n’est pas la réponse attendue par le professeur. On le savait, d’ailleurs. Comment répondre à une telle question ? Comment répondre à une question, quelle qu’elle soit ?

Voilà : il suffisait de dire – c’est ce que le professeur déclare – que ce qu’il y a de plus signifiant dans le mot avatar, c’est sa finale, en -ar.

On reste muet, quelque part entre la rêverie et la perplexité.