Accueil
Cartographie Cherokee
Hors-cage
Nous, le ciel
Sanza lettere
Auteurs Titres
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 , A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

La route est partout

Rosmarie Waldrop


La route est partout
Road-poème
Traduit de l'américain et postfacé par Abigail Lang
Cet ouvrage bénéficie du soutien du Centre National du Livre.
paru en octobre 2011
14,5 x 20 cm, 128 pages
isbn : 978-2-36242-013-9
prix public : 14 €
Aperçu du livre

Présentation :

Cette séquence de quatre-vingt sections consigne le flux de conscience d’une automobiliste filant sur les
routes de Nouvelle-Angleterre. Le plan de la réalité extérieure (habitacle, chaussée, paysage) et de la réalité
intérieure se télescopent et se chevauchent continuellement faisant du poème une bande de Möbius, un miroir
biface promené simultanément le long de la route et de la langue. Les objets se brouillent, leurs contours
bavent. La vitesse rend manifeste les limites de nos capacités de perception, l’incapacité de notre vue à saisir
les objets. Éparpillement des détails, dissolution du cadre, medium opaque, objet fuyant et sujet instable
caractérisent l’anti-paysage qui défile. Plus que tout, nous voyons les panneaux de signalisation qui rompent
la continuité de l’écrit et obligent le lecteur à changer de code, du textuel au visuel, et à les articuler comme il
peut, tâtonnant pour énoncer leurs instructions et les raccorder au texte. (Abigail Lang)

Ce livre est magnifiquement traduit de l'américain et postfacé par Abigail Lang. Intitulé "The road is everywhere - or stop this body",
c'est le deuxième livre de Rosmarie Waldrop, publié aux États-Unis en 1978.

 

Extrait :

une question de
non
une simple cigarette effiloche
des analogies tirées
d’un départ trop fréquent
ne laisse qu’une cendre
de mémoire que démangent les mots
dans ma bouche ne naîtront pas à
la transparence désormais close
devant moi
s’accélère
en une illusion solide
alors je tente de changer
de vitesse ou au moins
de parler
la route refait surface
malgré la cigarette
lèche mes lèvres
deux klaxons
et un champ couvert de
fleurs sauvages se retirent
(un signe ?) je n’aime
pas les voitures en troupeaux se meuvent
dans nos cavernes
et la vie que je pensais mienne passe
d’un millimètre
la pointe extrême de
mes attentes

 

Presse :

Médiapart

un article signé Patrice Beray

Du même auteur :

La revanche de la pelouse
La revanche de la pelouse
paru en décembre 2012
Light travels
Light travels
paru en décembre 2006
Un cas sans clef
Un cas sans clef
paru en juin 2010