Accueil
Ralentir Spider
Petit fait curieux dont le récit peut éclairer le dessous des choses
Une disparition et tout et tout
LÀ-BAS
Auteurs Titres
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 , A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Qu'un bref regard sous le calme des cieux

Joseph Julien Guglielmi


Qu'un bref regard sous le calme des cieux
Syntaxe saké
Cet ouvrage bénéficie du soutien du Centre National du Livre.
paru en février 2013
14,5 x 20 cm, 140 pages
isbn : 978-2-36242-033-7
prix public : 14 €

Présentation :

« Ces poèmes sont venus d’une lecture du livre Conditions de lumière d’Emmanuel Hocquard. » écrit Joseph Julien Guglielmi.

Après plus de vingt livres publiés en France et à l’étranger, l’auteur est passé maître de la syntaxe saké. Mêlant les langues, sa philosophie charnelle prend une couleur encre et cosmos, sel et lueurs millésimés. Une lecture de lumière et tout tremble dans l’épaisseur des images sur le versant loin d’être lisse de son phrasé. Une atmosphère de haïku se dégage de ces vers minimalistes largement ouverts aux projections mentales du lecteur.

Avec Qu’un bref regard sous le calme des cieux, la lecture nécessite des éclairages différents pour s’instruire de sciences et de techniques et se laisser porter par l’apprentissage du regard. L’auteur opère de subtils jeux de passe-passe syntaxique (en français comme en anglais) pour être au plus proche de notre langage actuel. Sa poésie révèle toujours de surprenantes formules grammairiennes et craque comme un glaçon plongé dans un vieux bourbon.

 

Extrait :

il rêve de charactères
qui tomberaient
ombres sur ombres
permettent
de viser dit-elle


histoires d’Abraham
ad saecula saecularum
comme un seul instant
mais
écarté


les jours
l’alphabet des jours le
verbe ici à trouver
dans
la strophe d’
après
à votre place


le végétal
en lui-même
n’a rien de poétique

rien n’est poétique
ni la fleur
ni le fruit


oblique
rayon
écrivait-il
et
il hume
       un sachet
d’herbe sombre


sans
nom
l’herbe à
suivre la
houle du vent fantôme cet
invisible


l’espace de la strophe
fumée
violente
déchiffrant
un
cri
semper


c’est comme
pisser le sang
ou l’envol d’
une robe
arrachée
demain

 

Presse :