Accueil
Victimes du genre
Sanza lettere
28 télégrammes
Une disparition et tout et tout
Auteurs Titres
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 , A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

LÀ-BAS

Etel Adnan


LÀ-BAS
Ode à la paix
Dans la collection Philox dirigée par Franck Pruja
Traduit de l'américain par Marie Borel, Françoise Valéry
Cet ouvrage bénéficie du soutien du Centre National du Livre.
paru en juin 2013
14 x 18 cm, 100 pages
isbn : 978-2-36242-040-5
prix public : 12 €

Présentation :

Que faire pour sortir du cercle de mort qui entoure le Moyen-Orient ? Née au Liban, ayant vécu principalement en Californie, ce problème est tout simplement la toile de fond de toute une vie. J’ai cru un moment que la solution était révolutionnaire et militaire. Mais la guerre civile au Liban m’a convaincue que les guerres font plus ajouter de nouveaux malheurs que résoudre des conflits. J’ai commencé à désirer la paix. La désirer fortement. C’est alors que la question s’est posée : quelle paix ? Que va vouloir dire cette paix ? J’ai compris que cette paix doit vouloir dire : accepter l’autre. L’ennemi qui est devenu au cours du temps réalité et mythe, corps et image. Dans ce cas particulier cela voudra dire aller chez l’autre et le laisser venir, l’accueillir. Ultimement, en faire un ami. (Etel Adnan)

Titre original : THERE - In the Light and the Darkness of the Self and of the Other
The Post-Apollo Press, USA, 1997

 

Extrait :

Et nos ombres étaient assises là-bas, face à face. Étais-tu derrière le voile, le mur ? Tes yeux absorbaient le bleu du chagrin tandis que je regardais le Nil, fleuve né de l’horizon, descendant de grandes terrasses, frénétique, effrayant, et une fleur m’a rejoint, s’est nourrie de ma substance, s’est transformée en déesse-papillon et a continué, en transe.

Peut-on se comprendre et arrêter le massacre sans la danse, la course et la marche ?

Ce matin-là ? Trop tôt pour la plage, trop tôt pour lutter, alors on s’attarde dans un rai de lumière et on passe par les fenêtres incognito, pendant ce temps la police attend avec des matraques, gants, gaz, ordres de tirer ou de ne pas tirer au-delà de l’entendement, mais la Police peut-elle garder son calme comme une fleur du Nil cesser de s’élever hors de l’eau et se transformer en parachute, machine céleste de la Seconde Guerre Mondiale déjà partie dans l’espace ? Nous sommes vulnérables, assis face à face, ramures coincées dans le combat.

 

Presse :

 

Du même auteur :

Mer et Brouillard
Mer et Brouillard
paru en novembre 2015