Accueil
Elles cuisinent...
Passages du Nord-Ouest & Cauda
Le supplément télévision
Expériences à l'étang
Auteurs Titres
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 , A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Poèmes évidents

Guy Bennett


Poèmes évidents
Dans la collection Propos poche dirigée par Franck Pruja
Traduit de l'américain par Frédéric Forte
paru en août 2015
12 x 16,5 cm, 132 pages
isbn : 978-2-36242-058-0
prix public : 12,50 €

Présentation :

Les Poèmes évidents ont été écrits dans les derniers mois de la présidence de George W. Bush, et ont été inspirés par les « guerres culturelles » qui caractérisèrent la campagne électorale présidentielle américaine de 2008. Ils imitent la langue et le niveau du discours politique américain de l’époque tel que reflété par les grands médias, et surlignent certains des principes centraux du mouvement « tea party » ascendant (anti-intellectualisme, chauvinisme, islamophobie, patriotisme, racisme, xénophobie) qui se trouvaient alors au centre des débats. Les poèmes ont donc été intentionnellement « nivelés par le bas », dans leur sujet, leur approche rhétorique, et leur style, de manière à être compréhensibles, évidents, en fait, même pour le lecteur le plus anti-érudit.

 

Extrait :

Poème anti-intellectuel

Ce poème est contre l’intellectualisme
sous toutes ses formes.

Il rejette les conclusions
de l’analyse et du raisonnement abstraits,
qui vont souvent à l’encontre du simple bon sens
acquis dès la naissance par la plupart des gens.

Il se méfie extrêmement
de quiconque ou de quoi que ce soit
qui n’est pas immédiatement et clairement
compréhensible
et reste sur ses gardes quant aux explications,
élucidations et démonstrations
de toute espèce.

Il préfère la scolarisation à domicile à l’école laïque,
la foi au savoir,
l’opinion à l’évidence,
le divertissement à l’information,
tirer le premier plutôt que poser des questions,
les cowboys aux indiens,
Oprah à l’opéra,
le ketchup au kimchi
et nous à eux.

Par son égocentrisme inconséquent
et sa suffisance sans fondement,
il s’oppose viscéralement
à tout ce qui n’est pas aussi manifestement évident
que ce poème.

 

Presse :

C'est évidemment jouissif, d'autant plus que l'excès de lisibilité se double d'un petit double-fond qui agit dans l'esprit du lecteur comme un ressort légèrement vicieux, comme si what-you-see n'était pas toujours what-you-got, si vous voyez ce que je veux dire. Mais le fait que le poème devienne le commentateur et l'exemple de ce que son titre énonce/annonce ne relève bien sûr nullement de la potacherie (rappelons d'ailleurs que Bennett a traduit, entre autres, Espitallier, Roubaud, Novarina — c'est donc quelqu'un de sérieux, aussi).

Claro, Le clavier Cannibale

Du même auteur :

Ce livre
Ce livre
paru en janvier 2017