Accueil
De l’image
Cartographie Cherokee
Schrek
Robert Filliou attend, assis, que se lèvent les nuages
Auteurs Titres
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 , A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

L’estomac des poulpes est étonnant

Pierre Alferi


L’estomac des poulpes est étonnant
Romance
Format à l'italienne
paru en mars 2008
20 x 28 cm, 32 pages
isbn : 978-2-914688-74-1
prix public : 7,50 €
poids : 147 g

Présentation :

Saviez-vous que le poulpe est le seul animal à posséder trois coeurs? De plus ses coeurs ont la faculté de se déplacer le long de son corps. Selon la source Aristotélicienne, la nature ne fait rien en vain ni de superflu. Cette citation pourrait résumer le livre de Pierre Alferi qui, on le sait, apprécie amplement les naturalistes. Mais il s’agit, avec L’estomac des poulpes est étonnant, d’une histoire ancienne écrite en vers simples et touchants dont un chant s’approprierait la forme. En ce cas, certainement une histoire protéiforme et mouvante dans le fond. La poétique n’a pas à se réduire pour autant à une science purement contemplative. D’où vient l’expérience des pensées et de l’intelligence? Il vous faudra dévorer et savourer des yeux ces vers tentaculaires. Mais qu’en est-il du septième tentacule ? Sushi ou sashimi ? Une certitude demeure : le poulpe, c’est divin !

 

Extrait :

Qu’est-ce qui commence ainsi l’estomac des poulpes est étonnant
Si ce n’était un livre une lettre
Madame l’estomac des poulpes est étonnant le saviez-vous
La moitié du travail est faite reste la plus ingrate
Plantée la flèche commence la chute
Retournons retournons encore un instant s’il vous plaît
Au tout début à la naissance comme on dit la naissance des cheveux ou des fesses de l’amour
Rien d’échangé souvenez-vous que les adresses un regard ne s’échange pas s’envoie et s’engloutit
Ricordi remember me air d’opéra
Non pas que nous ayons échangé nos adresses
Je me suis adressé à vous puis vous à moi la nuit on pratique sans rencontre un troc silencieux
On se présente à peine rien ne presse on s’indéfinit
On dit des choses comme ça rien d’actuel de personnel
On se donne des airs vagues airs d’un tout est possible d’un comme il vous plaira
Des choses qui se donnent aisément intéressant tous ou personne
Cadeau pour inconnu voici un paquet de flocons de riz soufflé sucrés
Voici un poisson de gaufre fourré aux haricots commencez par la queue pour qu’il vive plus longtemps
Voici un cœur en plaqué à pierres de verre monté en broche

 

Presse :

Article de Catherine Pomparat paru sur le site remue.net

Oh quel beau poulpe c'est. Illustré par l'auteur en couverture, cannibale comme le poème car doté d'un estomac qui digère tout, « du poulpe à venir sa morale tout prendre » : souvenirs esquissés, lieux indécis, Japon ? Corée ? (Oreilles de Bouddha, thé vert mandarines, gaufres aux haricots rouges, objets dérisoires : on pense aux disconnected trivia de John Ashbery, l'un des pères d'Alferi en poésie.) Et brèves épiphanies. Petit tour de passe-passe, « je dis vous mais ce n'est pas moi ce n'est pas vous » (et c'est donc l'histoire de tout le monde), c'est une lettre à la destinataire absente, mais « rien d'actuel de personnel », les topoï sont ceux de la rencontre amoureuse et de sa fin programmée, « Plantée la flêche commence la chute », puisque la romance, genre mièvre à la « Paul Geraldy » est par définition toujours mélancolique. Le titre est emprunté à Elien (Elien Meccius, IIè siècle, Encyclopédie des gens du monde), le refrain « Ricordati remember me » à Purcell (Remember me but ah ! forget my fate, Didon et Enée, Acte III) car c'est dans le souvenir (anticipé : « s'en souvenir s'en souvenir ») que l'émotion atteint son acmé; mais le poème (« silence léger paroles légères ») est aussi « une installation simple », humeur, stimmung, « airs vagues » : déjà un précis du flou, dans l'élan unique d'un vers allongé. (Agnès Disson, CCP n°17)

Du même auteur :

rup&rud l’intégrale, 1999-2004
rup&rud l’intégrale, 1999-2004
paru en avril 2009