Sélectionner une page

rup&rud l’intégrale, 1999-2004

par Pierre Alferi, Suzanne Doppelt, Caroline Dubois, Peter Gizzi, Éric Houser, Anne Parian, Anne Portugal, Sébastien Smirou

Couverture d’ouvrage : rup&rud l’intégrale, 1999-2004
Fiche technique :Prix: 10,50 €
ISBN : 978-2-914688-89-5
Taille : 14,50 x 13,50 cm
Pages : 146

Collection particulière
Avec le soutien du Centre National du Livre

Publier un livre dont vous avez rêvé est un privilège. Initialement paru à 25 exemplaires, la collection rup&rud dirigée par Sébastien Smirou de 1999 à 2004 est désormais accessible à un plus grand nombre de lecteurs. Les poèmes rassemblés dans cet ouvrage sont à tous points de vue sublimes. Le hasard faisant bien les choses, ils se trouvent mutuellement des échos et sans doute tissent des liens les uns aux autres de manière non systématique. Les auteurs ont su justement s’approprier le format qui leur était offert, et qui est ici repris. Aujourd’hui, la connexion immédiate de leur intégralité présente un espace de lecture sensible et indispensable. rup&rud est le reflet d’une création poétique actuelle qui fera date.

Au sommaire :
- Simon aime Anna, Sébastien Smirou
- Abracadabra, Anne Parian
- Pose-moi une question difficile, Caroline Dubois
- et les gens contents de se baigner, Anne Portugal
- petit petit, Pierre Alferi
- Deux mondes en un, Peter Gizzi (traduit de l'américain par Sébastien Smirou)
- je ne suis pas je t’, Éric Houser

Parution :
Extrait :

Simon aime Anna - Sébastien Smirou

mon frère peut pourrait mon
frère cher enfant pourri pourrait
si faire se peut ou pouvait encore faire
un livre sans user d’arbre

tenez accrochez-vous aux branches
entendez sans en scier oui dépliez
vos feuilles mon frère simon
peut faire un livre sans en scier

mon frère à moi nous change en or
tout ce qu’il touche ne casse pas
sa jeunesse l’histoire se passe
à la campagne et vous verrez de moi

un beau jour pour parler comme vous
dites d’or d’amour je voulais qu’il me touche
la bouche le saint toucheur j’ai une dent
contre toi a-t-il dit c’est vous dire

 

Abracadabra - Anne Parian

LIRE PLUS

brûlure bord du ruisseau et je le suis Alice parle aus
si nous nous sommes si bien conduit berce
perdu je le raconte là je
venais de recon
naître le chenal le cheval qui ouvrait de
vant le cavalier d’avant le chenal s’ouvrait à
tous la horde pré
venue pour de grandes réjouissances la horde là de
vant le chenal et le
cheval le cavalier
a
lors ouvrait à la
horde les caprices ô roi ô château ve
naient les hor
des se levaient devant le cavalier réel me
neur qui menait lors al
lant pour de l’autre cô
té festoyer machi
nal soldat trop hardi si jeu
ne au premier son

 

Pose-moi une question difficile - Caroline Dubois

Je me demande si lorsqu’on prend le symptôme d’un autre
l’autre perd son symptôme ou si l’autre conserve néanmoins son
symptôme et dans ce cas si le symptôme se dédouble pourquoi.
Pourquoi le symptôme se dédouble si en dehors de lui on décide
— entre nous — de se le répartir ou de se l’échanger ou de se le
prêter ou de se le confier ou de se le donner ou de se l’emprunter
ou de se le voler ou de se de se.

Si je prends son symptôme par exemple une toux déchirante va-t-il
néanmoins conserver sa toux déchirante ou sa toux déchirante
va-t-elle le quitter ou va-t-elle être pour lui un peu moins déchirante.
Et si la toux pour lui n’est pas moins déchirante si le symptôme se
dédouble est-ce que ça vaut la peine de prendre le symptôme de
l’autre — est-ce que ça vaut le coup si la toux pour lui n’est pas
moins déchirante.

 

et les gens contents de se baigner - Anne Portugal

à tout le monde commencé
téléphoné dehors ils disent
tiens on est dans un
temps on ne sait pas
ciel c’est celui que
pas d’erreur on a parlé
lampes à certains
bel air c’est tout
tranquillité le hasard
moins de gens
moins de mots

prétexte d’abord puis
deux petites croix
couloirs maintenant
se souvenant de l’étage
les autres les gens disent
c’est là et ils voient
une position encore
du monde qui est là vérifie
n’ont pu aller qu’à un endroit
un pays longtemps
qui correspond

 

petit petit - Pierre Alferi

Pour jouer au bord
du sens en barres
encore un peu
avant d’être acculé à dire
ceci, cela
et le tourment, le jugement :
plonger dans les préliminaires
prolonger le petit bassin.

Mousse éponge
tu te rouilles
tu es belle
et à tout jamais étrange.

Je suis berger peul
nourri au pur sang
d’un chameau vivant.

La douceur de doigts privés d’ongles
frappant un lobe :
la corde en a frémi, se tait.
Ai-je oublié quelque chose ?

 

Deux mondes en un - Peter Gizzi

Chapitre 1

Le frisson est apparu après que l’émetteur a disparu.
Les dossiers vie étaient rangés dans des flacons types sur une étagère métallique.
En guise de leurre, des gamins sur des vélos rouges avaient semé des œufs de couleur un peu partout dans la vallée.
On m’a raconté l’histoire de la génèse et de l’apocalypse au catéchisme.
Qui est le diable était une question récurrente.
Du matériel de plomberie et du fil de cuivre ont été retrouvés sous le canapé.
Tu attends dans un parking désert.

Chapitre 2

Un gamin s’éveilla, horrifié de découvrir qu’il était le seul à émettre.
L’étagère vie d’un simple humain n’ajoute rien à ce que le gouvernement nomme des bénéfices.
Mon leurre et moi blanchissons l’argent.
L’apocalypse n’est pas une céréale.
Dans l’intervalle, comme personne ne regardait, le diable a mis le doigt dans un livre d’o.
Derrière le chantier de cuivre, des gamins s’absorbaient dans le ricochet des étincelles sur le bitume.
À la place, aujourd’hui, il y a un parking.

 

Je ne suis pas je t' - Éric Houser

je ne suis pas amoureux de toi je t’
un intervalle de tierce une tierce mineure
c’est écrit je le relève c’est écrit
c’était écrit déchiffrer comme je peux
mal les mots sur tes lèvres rapides précis dans un souffle
quand tu me les souffles à l’oreille
quand tu me lis tu me souffles je t’
je ne désire pas toi tu me
tu me manques quand tu es absent tu
est absent c’est d’une banalité

je ne sais pas non je ne sais pas
ce qui est arrivé ce qui arrive on dit tout
arrive mais ça ne fait pas un tout
arrive mais je ne fais pas le départ
je m’écrie premier groupe : toi
aimer du premier groupe aussi je voudrais le gommer
comme toute copule surtout être
être ça n’a pas de sens
et la grammaire pendant que j’y suis seul
un être il n’y a pas me manque

REGROUPER

À propos des auteurs

Pierre Alferi

Pierre Alferi est né en 1963 à Paris. Fondateur avec Suzanne Doppelt de la revue Détail (cinq numéros), et avec Olivier Cadiot de la Revue de littérature générale. Pensionnaire de l'Académie de France à Rome (Villa Médicis, 87-88) et "écrivain résident" de la Fondation Royaumont (1991-92).
Il a traduit John Donne et plusieurs poètes américains (dont Lyn Hejinian et Louis Zukofsky), ainsi que le Russe Lev Rubinstein.
Travaux communs avec le plasticien Jacques Julien. Disques et performances avec le musicien Rodolphe Burger (Kat Onoma).

Bibliographie

PoésieIntime, Argol, 2013 • Night and Day, tr. Kate Campbell, La Presse, 2012 • Inter de Pascal Quignard (collectif), Argol, 2011 • "petit petit", rup&rud, 2001, et rup&rud - l’intégrale 1999-2004, éditions de l’Attente, 2009 • L’estomac des poulpes est étonnant, éditions de l’Attente, 2008 • Sonnet, Mix, 2006 • Intime, Inventaire/invention, 2005 • Lon avec Rodolphe Burger, Filigranes, 2004 • La voie des airs, P.O.L, 2004 • La Berceuse de Broadway, Onestar, 2000 • Sentimentale Journée, P.O.L, 1998 • Kub Or, P.O.L, 1994 • Le chemin familier du poisson combatif, P.O.L, 1992 • Les allures naturelles, P.O.L, 1991 /// Avec le sculpteur Jacques JulienFarandole, La Maréchalerie, 2007 • L’inconnu, Le Quartier, 2004 • Handicap, Rroz, 1997 • Personal Pong, Villa Saint-Clair, 1996 /// EssaisBrefs, P.O.L, 20016 • Chercher une phrase, Christian Bourgois, 1991, nouvelle édition augmentée, 2006 • Des enfants et des monstres, P.O.L, 2004 • Guillaume d’Ockam. Le singulier, Minuit, 1989 /// RomansParler, P.O.L, 2017 • Kiwi, P.O.L, 2012 • Après vous, P.O.L, 2010 • Les Jumelles, P.O.L., 2009 • Le Cinéma des familles, P.O.L, 1999 • Fmn, P.O.L, 1993 /// FilmsÇa commence à Séoul, avec Jacques Julien, P.O.L & Dernière Bande, 2006 • Cinépoèmes et films parlants, Les Laboratoires d’Aubervilliers, 2002 • La Berceuse de Broadway (flip-book), Onestar-Press, 2001 /// RevuesRevue de littérature générale, avec Olivier Cadiot, P.O.L., 1995-96 • Détail, avec Suzanne Doppelt, 1989-91 /// Traductions • Perles qui furent, de Jeremy Halvard Prynne, éd. Éric Pesty, 2013 • Un objectif, de Louis Zukofsky, Royaumont. • Poème de la Chapelle Rothko, de John Taggart (avec Emmanuel Hocquard), Royaumont. • Le Taj bleu, de Mei-mei Bersenbrugge, Royaumont. • Parc, de Cole Swensen, Format américain. • Un langage de New York, George Oppen, Format américain. • Prenez-en cinq, de Julie Kalendek, Format américain. • Jazz, de Tom Raworth, Format américain. • Job, Isaïe, in La Bible - Nouvelle Traduction, Bayard, repris en Folio, Gallimard. • Proverbes, Siracide, in La Bible - Nouvelle Traduction, Bayard. • Perles qui furent, de J H Prynne, inédit, 1998. • Paradoxes et problèmes, de John Donne, Allia. • Ce qui reste d’Auschwitz, de Giorgio Agamben, Rivages et Rivages poche. • Les mots et les images, de Meyer Schapiro, Macula. • Le temps passe, suivi de Tant qu'il y a de la vie, de Lev Rubinstein (avec Hélène Henry), Royaumont.


Suzanne Doppelt

Suzanne Doppelt écrit et fait des photographies. Son travail, qu’elle publie et expose régulièrement, associe de manière étroite littérature et photographie. Elle a publié plusieurs livres.
Elle a exposé ses photographies dans divers lieux parmi lesquels : Le Centre Pompidou à Paris, l’Institut français de Naples, la fondation Royaumont, l’université de New York, la galerie Martine Aboucaya, le musée du Louvre…
Elle est la fondatrice et directrice, en collaboration avec Pierre Alféri, de la revue littéraire Détail. Elle dirige la collection "Le rayon des curiosités" chez Bayard et fait partie du comité de rédaction de la revue Vacarme.

Bibliographie

- Vak spectra, POL, 2017 - Amusements de mécanique, POL, 2014 - Magic tour (avec François Matton), éditions de l'Attente, 2012 - La plus grande aberration, POL, collection "Poésie", 2012 - Lazy Suzie, POL, collection "Poésie", 2009 - Le monde, il est beau, il est rond, Amis d'inventaire-invention, 2008 - Peint en rouge : textes et images, Amis d'inventaire-invention, 2008 - Le monde est beau, il est rond, éditions Inventaire-Invention, 2008 - Lazy Suzie, P.O.L, 2009 - Le pré est vénéneux, P.O.L, 2007 - Quelque chose cloche, P.O.L, 2004 - Totem, P.O.L, 2002 - Raptus, éditions de l'Attente, collection "Week-end", 2000


Caroline Dubois

Caroline Dubois est une poète française, née en 1960 à Paris où elle habite et travaille.
Son écriture aux angles d’approche décalés a fait d’elle une des poètes les plus remarquées de ces dix dernières années.

Bibliographie

- Arrête maintenant, (nouvelle édition) L’Attente, 2010 - Pose-moi une question difficile (in rup&rud – l’intégrale 1999-2004), L’Attente, 2009 - comment ça je dis pas dors, P.O.L, 2009 - C’est toi le business, P.O.L, 2005 - Malécot, contrat maint, 2003 - Arrête maintenant, L’Attente, collection "Week-end", 2001 - Je veux être physique, Farrago, 2000


Peter Gizzi

Peter Gizzi est poète. Il est né le 7 août 1959 dans le Michigan. Il vit dans le Massachusetts où il enseigne à l'université d'Amherst. Il a dirigé la revue et les éditions O'Blek de 1987 à 1993.
D’abord remarqué outre Atlantique pour son édition de l’œuvre de Jack Spicer, son premier recueil Some Values of Landscape and Weather avait été accueilli par Robert Creeley comme un « livre novateur non seulement pour le lecteur, mais aussi pour l’écrivain et pour l’art ».
Il a été accueilli en résidence au cipM en 1999.

Bibliographie

- L’Externationale, traduit de l'anglais par Stéphane Bouquet, Corti, 2013 - Deux mondes en un, traduit par Sébastien Smirou, in rup&rud - l’intégrale 1999-2004, L’Attente, 2009 - Une panique qui peut encore s'emparer de moi, traduit par Pascal Poyet, revue Po&Sie n° 121, 2007 - Edgar Poe, traduit par Olivier Brossard, revue Po&Sie n° 97, 2003 - Revival, traduit par Pascal Poyet, cipM / Spectres Familiers, 2003 - Imitation of Life, A Memoir, traduit par Sébastien Smirou, revue Issue 2, 2002 - An Objective Indiscretion, traduit par Juliette Valéry, dans je te continue ma lecture, (textes réunis par Michèle Cohen-Halimi et Francis Cohen) P.O.L, 2001 - Un abc de la chevalerie, (traduction collective de l'américain au cipM relue et complétée par Juliette Valéry), Format Américain, 2001 - Écouter est tout en poésie, lettre à Steve Farmer (extraits), traduit par Éric Giraud, Procès n° 000, 2000 - A Statement about Charles Reznikoff, traduit par Éric Giraud et Jean-Jacques Viton, revue IF n° 16, 2000 - Blue Peter, traduit par Pascal Poyet, contrat maint, 2000 - Caption, traduit par Juliette Valéry, Le Cahier du Refuge, Poésie & Cinéma Américain, 1998 - Fables of Critique, traduit par Éric Giraud, Le Cahier du Refuge, Poésie & Cinéma Américain, 1998 - Two statements on poetry and cinema, traduit par Francis Romanetti, Le Cahier du Refuge, Poésie & Cinéma Américain, 1998 - Prime, Terce, traduits par Emmanuel Hocquard, in 49 + 1, Nouveaux Poètes Americains, Royaumont, 1991 - None, traduit par Pierre Alferi & Emmanuel Hocquard, in 49 + 1, Nouveaux Poètes Americains, Royaumont, 1991


Éric Houser

Éric Houser est né en 1956, à Lyon. Il a reçu une formation juridique, philosophique, psychanalytique et musicale (piano, musique de chambre). Il vit aujourd’hui à Vanves, aux portes de Paris. Il travaille dans le journalisme et l'édition juridiques. Depuis 2001, il écrit des critiques de livres et chroniques pour Cahier critique de poésie (publié par Farrago / cipM), pour Action poétique (Ivry-sur-Seine), pour L'Humanité et sitaudis.fr. À l’automne 2003, a participé à la septième Biennale internationale des poètes en Val-de-Marne.
Il a traduit en français des passages de Semiramis if I remember de Keith Waldrop (publiés dans la revue Vacarme, n° 41 en 2007 et n° 46 en 2009) et en anglais des extraits de ses propres textes pour la revue Aufgabe. Le titre de son projet actuel d’écriture est Les souffrances du jeune houser, une sorte de roman en poèmes de 12 lignes chacun.

Bibliographie

- Mouvement perpétuel, éditions Nous, 2014 - Hello Ernest, Les Petits Matins, 2013 - Poèmes en langue vulgaire, Action Poétique, 2009 -" je ne suis pas je t’ "(in rup&rud – l’intégrale 1999-2004), L’Attente, 2009 - Mon journal pour Nina, L’Attente, 2007 - Encore vous précédé d’Auto-di-Dax, Les petits matins, 2006 - (le couteau), contrat maint, 2005 - "Sørlandet", Anthologie de la 7e Biennale des poètes en Val-de-Marne, Farrago, 2004 - Somatic limit, Little Single, 2003 - Impressions de Mormoiron, avec Claudine Capdeville, Jacques Jouet & Pierre Laurent, Plurielle, 2003 - "Patch ! (edutec)", Anthologie Autres territoires, Biennale en Val-de-Marne / Farrago, 2003 - Un composte, L’Attente, 2002 - Chapelle & Discrétion (sonate de chambre), Patin & Couffin, 2002 - Sortes scories, coll. "Week-end", L’Attente, 2000

 


Anne Parian

Anne Parian est née en 1964 à Marseille et vit à Paris où elle est psychanalyste. Poète généraliste, elle investit différents champs de production artistique, dans les domaines de l’écrit, de la photographie, du son et de la vidéo. Elle publie dans de nombreuses revues, Tartine, Nioques, Exact change, Quaderno, Fin, CCP. Artiste associée aux Laboratoires d'Aubervilliers depuis 2008, elle y mène un travail de recherche littéraire avec l’atelier polylingue. Elle intervient régulièrement avec les Archipéliens dans le monde entier.
«En règle générale je préférerais me dire "poète" seulement (mais, le mot a, comme on dit, fort "vieilli"), c'est à dire que je m'emploie (crois-je) à re-faire le monde (donner des formes à des mondes (possibles), c'est à dire encore "re-lire" le monde (ce qui m'en est accessible). Ainsi je pense que "poète" est le meilleur nom pour "artiste" (à cause des possibilités d'assemblages qu'offrent aujourd'hui les moyens du bord). Donc je ne tiens pas à distinguer les états d'écrivain, de photographe, de vidéaste, etc., car mes états sont infinis (j'exagère).»

Bibliographie

• La Chambre du milieu, P.O.L, 2011 • ?, Contrat maint, 2010 • une Ligne, Éric Pesty Éditeur, 2008 • = jonchée, Les petits matins, 2008 • Monospace, P.O.L, 2007 • Untel, Contrat maint, 2005 • À Franck David, Catalogue de Frank David, les musées de Strasbourg, 2004 • Le troisième, L'Attente, 2003 • À moi, singes, partout, Contrat maint, 2002 • A.F.O.N.S., Théâtre typographique, 2002 • Bonjour, 005, 2000 • F. nom de ville, Au figuré, 2000 • "Abracadabra", 1999,  rup&rup - l’intégrale, 1999-2004, L’Attente, 2009 • Et continuant de se déplacer, 002, 1998 • À la recherche du lieu de ma naissance, cipM / Spectres Familiers, 1994


Anne Portugal

Anne Portugal est née à Angers en 1949. Elle vit et travaille à Paris. Elle a publié une quinzaine d'ouvrages - dont six aux éditions P.O.L -, et dans de nombreuses revues françaises et étrangères. Certains de ses textes ont été mis en musique par Rodolphe Burger.
Initialement publié dans la collection Week-end aux éditions de l’Attente en 2001, voyer en l’air, a été traduit en anglais par Rosmarie Waldrop , quisite moment, et publié aux éditions Burning Deck (États-Unis), en 2007.
"Anne Portugal n'a jamais rien aimé tant que les interstices, la vie en parenthèses virtuelles, les liaisons vaporeuses qui unissent le réel au poétique, les mots les uns aux autres, voir l'auteur à ses textes, à sa propre matière. [...] Tout dans ses poèmes s’abolit des conclusions, l’écriture elle-même semble flirter par instant avec sa propre capacité à dire, errer dans ce grand trouble émotionnel du moment des « et si ». "
Mediapart, Dr Buck.

Bibliographie

• et comment nous voilà moins épais, P.O.L, 2017la formule flirt, P.O.L, 2010 • Paramour, P.O.L, 2009. • voyer en l’air, réédition, L’Attente, 2009 • "et les gens contents de se baigner", in rup&rud - l’intégrale 1999-2004, L’Attente, 2009 • définitif bob, P.O.L, 2001 • voyer en l'air, collection Week-end, L’Attente, 2001 • La réalité en face / La quoi ?, avec Caroline Dubois, Al Dante, 1999. • Dans la reproduction en 2 parties égales des plantes et des animaux, photographies de Suzanne Doppelt, P.O.L, 1999. • Le plus simple appareil, P.O.L, 1992 • Fichier, Michel Chandeigne, 1992 • Souris au lait, La Farandole, 1989. • De quoi faire un mur, P.O.L, 1987 • Les commodités d’une banquette, P.O.L, 1985 • La licence, qu’on appelle autrement parrhésie, Gallimard, 1980 Anthologies :Une Action Poétique, anthologie de Pascal Boulanger, 1998 • 29 femmes, une anthologie, dirigée par Liliane Giraudon et Henri Deluy, Stock, 1994


Sébastien Smirou

Sébastien Smirou est né en 1972, dans les Deux-Sèvres. Il vit à Paris où il est écrivain, psychanalyste et psychologue clinicien (université Paris 7 - Paris Diderot). Il dirige avec Francis Cohen la revue Ligne 13 et il a également fondé et dirigé, pendant sept ans, rup&rud, une structure associative de micro-édition, publiant tour à tour des livres d'Anne Parian, Anne Portugal, Caroline Dubois, Pierre Alferi, Peter Gizzi et Éric Houser. L'ensemble de ces livres a été réédité en un seul volume aux éditions de L'Attente en avril 2009.
Il publie par ailleurs aux éditions P.O.L  - Mon Laurent (2003), Beau voir (2008) et Un temps pour s'étreindre (2011), ainsi qu'aux éditions Hélium et Contrat maint.
Il a également préfacé plusieurs classiques de la littérature psychanalytique pour les éditions Payot (Freud, Ferenczi, Winnicott) et traduit, depuis l'italien, différents ouvrages de psychanalyse aux éditions d'Ithaque (A. Ferro, D. Chianese & A. Fontana).

Bibliographie

Un temps pour se séparer, Notes sur Robert Capa, Hélium, 2016 • "Arpad, un cas rêvé", préface à Un petit homme-coq, de Sandor Ferenczi, coll. "Petite Bibliothèque", Payot, 2012 • Moisson, Contrat maint, 2012 • "Freud, metteur en scène de la maladie", préface de Le petit Hans de Sigmund Freud, coll. "Petite Bibliothèque", Payot, 2011 • Un temps pour s'étreindre, P.O.L, 2011 • Simon aime Anna in rup&rud - l'intégrale 1999-2004, L'Attente, 2009 • Je voudrais entrer dans la légende, contrat maint, 2008 • Beau voir, P.O.L, 2008 • Ma girafe, contrat maint, 2006 • Mon Laurent, P.O.L, 2003 • Simon aime Anna, rup&rud, 1998