Sélectionner une page

Seul le renversement

par Michèle Cohen-Halimi

Couverture d’ouvrage : Seul le renversement
Fiche technique :Prix: 11,00 €
ISBN : 978-2-914688-50-5
Taille : 15,50 x 21,00 cm
Pages : 124

Essai : lecture d’un livre de Claude Royet-Journoud

Claude Royet-Journoud est l’auteur de quatre livres publiés aux éditions Gallimard entre 1972 et 1997 : Le renversement, La notion d’obstacle, Les objets contiennent l’infini, Les natures indivisibles.
Cet essai propose une lecture du premier livre.

Parution :
Extrait :

Images, c’est en quoi consiste le langage même. Mais il y a cette destruction que le vers accomplit en lui, cette négation de la ressemblance. Pour ne plus rendre les figures présentes hors d’elles-mêmes. Être la similitude. Une intensité revenue, au degré de laquelle le poème affirme sa puissance de renverse.

Critiques :Anne Malaprade dans POEZIBAO a écrit:

Michèle Cohen-Halimi, philosophe spécialiste de Kant et de Nietzsche, a co-dirigé avec Francis Cohen[1] le recueil de Mélanges offert à Claude Royet-Journoud, je te continue ma lecture[2]. Dans Seul le renversement, elle entreprend de lire le premier livre de la tétralogie de l’écrivain, qui regroupe Le renversement, La notion d’obstacle, Les objets contiennent l’infini et Les natures indivisibles[3]. Cette entreprise ne donne pas seulement lieu à une lecture philosophique ; le travail de Claude Royet-Journoud oblige le lecteur à s’engager dans une expérience plus complexe qui aboutit, au gré d’une torsion, à un essai de philosophie de la lecture. La première partie du livre anticipe la lecture du renversement, établit les éléments nécessaires à une traversée qui s’apparente tout d’abord à la « traduction : mot à mot, sans perspective ni volume »[4]. La deuxième partie, « Le jeu de paume », qui met en œuvre le mouvement du livre, est une lecture en acte de son trajet et de sa « scénographie ». Enfin, « Légende 2 » accroît la lecture de son après-coup, qui prend la forme de l’adresse.

David Lespiau dans CCP N°14 a écrit:

(…) Deux «Légendes» ouvrent et ferment le livre de Michèle Cohen-Halimi : deux plaques, deux textes adressés frontalement à Claude Royet-Journoud. Au centre, Michèle Cohen-Halimi, maintenant de profil, lit Le Renversement – linéairement, chapitre après chapitre, composant chacun à leur tour un chapitre de cet essai. Chaque intitulé de celui-là «sous-titré» par l’intitulé de celui-ci, ou plutôt, par effet fantôme, «ombré» – ce qui se passe matériellement dans la mise en page de Seul le renversement; ce qui se passe aussi dans ce livre : le suivi d’un autre livre. Suivi qui se rapproche immédiatement, par ses difficultés techniques et ses détours stratégiques, d’une filature. To shadow : filer, ombrer. (…)


À propos de l’auteur

Michèle Cohen-Halimi est philosophe, maître de conférences à l’université de Paris X-Nanterre. Ancienne élève de l'École normale supérieure, elle est agrégée et docteur en philosophie et membre du comité de rédaction des Cahiers philosophiques.
Auteurs de nombreux ouvrages, elle a aussi traduit de nombreux textes de langue allemande (Kant, Kleist, Nietzsche, Warburg ou encore Werner Hamacher).

Bibliographie

L’Anagnoste, Eric Pesty éditeur, 2014 • Stridence spéculative, Adorno, Lyotard, Derrida, Payot, 2014 • Comment peut-on être sceptique ? : hommage à Didier Deleule, études réunies par Michèle Cohen-Halimi et Hélène L'Heuillet, Edition H. Champion (collection Les dix-huitièmes siècles), 2010 • Figuren, Eric Pesty éditeur, 2009 • E (méthode narrative), avec Agnès Thurnauer, le Clou dans le fer, 2009 • L'histoire cachée du nihilisme, Jacobi, Dostoïevsky, Heidegger, Nietzsche, (avec Jean-Pierre Faye), La Fabrique, 2008 • Seul le renversement, éditions de l'Attente, 2006 • Entendre raison, Vrin, 2005 • je te continue ma lecture. Mélanges pour Claude Royet-Journoud (avec Francis Cohen), P.O.L, 1998