Sélectionner une page

Djinn John

par David Lespiau

Couverture d’ouvrage : Djinn John
Fiche technique :Prix (Français): 5,00 €
ISBN : 978-2-36242-010-8
Taille : 10,50 x 15,00 cm
Pages : 40

Colorimétrie mentale 2

Suite de Djinn jaune, dont il poursuit la numérotation des sections en commençant par (5), Djinn John personnifie peut-être la fiction colorimétrique du poème. Un foisonnement de références — cinématographiques, littéraires, scientifiques — se mêle subtilement aux observations du quotidien pour sous-tendre l’ensemble de cette écriture au scalpel. En peu de mots David Lespiau nous transmet une intense réflexion, comme une fleur de papier comprimée qui va se déployer lentement et longtemps dans nos esprits.

Parution :
Thématiques :
Extrait :

5

Progresse par strates ou trames composites
par sélection, énonciation
de ses éléments compose des trames propres
vers par vers

travail d’énonciation de données qui se sauvegardent
par l’image
film qui happe le son, résidu

recommence à élaborer son calque
feutré, faillible, froissé

une affaire de jour intérieur

la douceur appliquée à la lueur imaginée
d’untel (John ?) presque
incalculablement.

6

Solaire simple
jeu autour des doigts liquides

les volets sont fermés. Plan d’eau mental
doigts passés dans la boucle des cheveux
bizarre comme jaunir prend de la place (distingue
entre)
toutes les minutes
sous les images (des articulations possibles
)
au même moment. Plan de lymphe vertical

la somme des terreurs dans un filet
prolifère par masses de neige

LIRE PLUS

pas de forme fixe aux mirages
dis-tu.

7

La fiction alimente le récit machinalement
grammatise, dramatise
par agrandissements successifs jaunes
de la mémoire
écartant la couleur de ses bords

du temps mental, une maison. L’enfermement
renversé, le mutisme vocalisé

déluge. Comptoir sur une barque rouillée.
Dans le corps
drap, carcasse, écoulements, aboiements et jardin,
carrés de bois, nain, main et
face à la mer
toute l’urine inversée en pluie

dans le soleil liquide, électrique
phrases plus longues — application de feutre
(figurine de timbre dans une chambre gonflable
(agrandissement
de singes)). Douceur de la neige, pellicule de graisse
entre silhouette humaine et impacts de balles
traçantes. Un film
sorti des usines de la lumière. Nuée de signes —
geste
d’une partition de pauses (

grilles — virgules, voyelles. Passage en 3D de
fiches volantes (viennoises)). Séances de notation
au clavier
par série de réveils composée de cycles de pronoms
(roman familial exponentiel). Et ce
en toute confiance somnambulique

plaques (américaines) au voile photographique,
chimique
volumes — phrases d’un mot, modules —
liquides de
verrière. Lumière : eau or, bois et soleil qui éblouit
(une
minéralisation de la grammaire)

REGROUPER

À propos de l’auteur

Auteur et traducteur, David Lespiau est né en 1969 à Bayonne. Premiers textes publiés en revue à partir de 1996, puis chez plusieurs éditeurs à partir de 2002 ; une vingtaine de livres publiés depuis. Il a co-dirigé la revue Issue autour de la poésie américaine et s'est engagé dans un travail de lecture critique, notamment pour la revue CCP. Il poursuit plusieurs axes de recherche et d’écriture autour de la poésie et du récit.

Bibliographie

  • équilibre libellule niveau, P.O.L, 2017Carabine souple, L'Ours Blanc/ Héros-Limite, 2016 • Récupération du sommeil, Héros-Limite, 2016 • Nous avions, Paris, coll. "L'Estran", Argol, 2014 • Notes pour rien, Contrat maint, 2014 • Poudre de la poudre, Le bleu du ciel, 2014 • Notes de production, Contre-mur, 2013 • Aluminium, poème Rauschenberg, Argol, 2012 • L'intérieur du jour, Head, 2012 • Un conte (version galicienne : Emilio Araúxo), Amastra-n-gallar, 2013 • 70 je piqués de biais, Lnk, 2013 • 27 réponses, Lnk, 2013 • Nocturne, D-fiction, 2012 • Djinn John, coll. Spoom, L’Attente, 2011 • Férié, postface d’Emmanuel Hocquard, Les petits matins, 2010 • Ouija-Board (version américaine : Cole Swensen ; version allemande : Cosima Weiter) avec des collages de Tom Raworth), Héros-Limite Genève, 2009 • Oh un lieu d’épuisement, Contrat maint, 2009 • Peliqueiros (version galicienne : Emilio Arauxo), Amastra-N-Gallar, 2009 • Scan de felo (version galicienne : Emilio Arauxo), Amastra-N-Gallar, 2008 • Supplément Celmins, Little Single, 2008 • Djinn jaune, coll. Spoom, L’Attente, 2008 • La fille du département Fiction (carnet Hawaii), L’Attente, 2007 • [or est un mot minuscule], coll. "Vade-Mecum", L’Attente, 2006 (H.C.) • Quatre morcellements ou l'affaire du volume restitué, Le bleu du ciel, 2006 • De l'électricité comme moteur, L’Attente, 2006 • La poule est un oiseau autodidacte, L’Attente, 2005 • Réduction de la révolution la nuit, Contrat maint, 2005 • Spirit II, Contrat Maint, 2004 • Autocuiseur, coll. "Vade-Mecum", L’Attente, 2004 (H.C.) • L’Épreuve du Prussien, Le bleu du ciel, 2003 • La poursuite de Tom, Farrago / Léo Scheer, 2003 • La Mort dans l’eau l’âme download (85 polaroïds de plage), Spectres Familiers, 2003 • Opération Lindbergh, Contrat maint, 2002 Parus en catalogues, ouvrages collectifs, anthologies, revues • Jean-François Bory, L’apocalypse de Gutenberg, français/italien, Fondation Berardelli, 2008 • Jean-Luc Parant, L’évasion du regard, Médiathèque Voyelle, 2009 • Poem, Poets on (an) Exchange Mission, français / américain, Fish Drum, New York, 2009 • Textes de création parus dans la Revue de littérature générale n° 2, If  n°14 & 21, Action poétique n°156, Le Cahier du Refuge n°80, Les cahiers de l'Institut d'études Poétiques, Action restreinte n° 2, Hypercourt n° 1, Issue n° 1 à 5, Amastra-N-Gallar n° 13, Fin n° 21, Le Bout des Bordes n° 9/10, Java n° 25/26, Nioques n°3 (3e série), Espace(s) n°4, D’ici là n°1 & 5, Fondcommun n° 1... Participation aux ateliers de traduction collective des poètes américaines Joan Retallack, Kristin Prevallet, Elizabeth Willis (cipM / Un bureau sur l’Atlantique, 2002 à 2007). Traductions pour If n°16 (Reznikoff). Traduction de Light travels, Keith & Rosmarie Waldrop, L’Attente, 2006 Textes critiques parus dans les revues CCP (n°1 à 21), Cinéma n°10, Amastra- N-Gallar n°8 & 12, Critique n°735-736 et Ent’revues n°42.