Sélectionner une page

La connaissance et l’extase

par Éric Pessan

Couverture d’ouvrage : La connaissance et l'extase
Fiche technique :Prix (Français): 13,00 €
ISBN : 978-2-36242-078-8
Taille : 13,00 x 19,00 cm
Pages : 98

Témoignage

Sur la difficile mais passionnante mission d’écrivain animateur d’ateliers d’écriture à travers toute la France, l’auteur témoigne : « Un journaliste, un jour, m’a demandé si j’écrivais pour changer le monde. Mon premier réflexe a été de répondre non. Puis, j’ai réfléchi, j’ai pensé à la joie de voir un môme ou un adulte touché par une phrase qu’il lit ou qu’il écrit, j’ai pensé à la façon dont la littérature a changé ma vie, alors je me suis repris, et j’ai répondu : oui. »

Extrait :

Il est dans les mœurs de certains de vouloir que coule le sang.
Il est dans d’autres mœurs de ne pas dormir la nuit parce que l’on s’inquiète d’une parole haineuse entendue, de laisser filer les heures jusqu’à ce que l’on entende chanter les oiseaux, au petit matin, et de se lever quand même pour prendre un train, rencontrer des gens qui ne savent pas trop pourquoi leur éducateur les a conviés, et dire la joie d’une lecture, la possibilité d’une écriture, la fraternité, l’égalité qui n’est pas une réalité mais bien un but, la liberté que chacun a le droit de rêver.

Dans une grande bassine, je plonge les mots morale et idéaliste, fraternité et extase, égalité et liberté, connaissance et rêve. Il faut que ça mousse, il faut les briquer. Il s’agit de les donner à entendre comme si on ouvrait un coffre contenant un trésor oublié.

LIRE PLUS

Parfois, durant un atelier, quelqu’un cherche un mot et je vois la joie le chavirer quand il le trouve.

Souvenir d’un collégien, émerveillé, après que j’ai donné quelques mots à des camarades qui peinaient sur leur texte :

C’est extraordinaire, il y a des mots pour tout dire, alors ?

Cette joie-là fait partie des réponses aux questions que je me pose.

Lire les premières pages

 

 

REGROUPER
Critiques :Sylvie Zobda dans LA CAUSE LITTÉRAIRE a écrit:

Eric Pessan est un écrivain engagé. Ses textes évoquent bien souvent la politique, au sens large du terme, mot hérité du grec ancien politikos « relatif aux citoyens », mot qui déclenche une série de questions : comment vivre ensemble et accepter chacun ? Quelles sont nos valeurs communes ? Les liens qui soutendent notre société ?

Warren Bismuth dans DES LIVRES RANCES a écrit:

"Que faire face à la bêtise, à la haine, à la peur de la différence, aux amalgames, aux préjugés ? Éric PESSAN est à la fois écrivain et animateur d’ateliers d’écriture et de lecture théâtrale dans des collèges et des lycées, qu’ils soient généraux, professionnels ou techniques. Il vit au quotidien ces dérives idéologiques encore plus que lexicales, il tente de les combattre, il perd parfois espoir. Dans ce petit essai, il livre ses impressions, ses constats de nombreuses années sur le terrain, dans le but d’inculquer une certaine morale, un certain respect, une certaine idée de la République. "

Sarah Chiche dans CHAOS a écrit:

Eric Pessan écrit comme on combat. J’ai beaucoup d’estime pour son intransigeance. Il a organisé sa vie autour de l’écriture.

Thierry Guichard dans Le Matricule des Anges N° 203 a écrit:

"C'est à hauteur d'homme qu'Éric Pessan ici pose les questions auxquelles chacun, probablement, est un jour confronté. Pour peu que ce chacun-là ne vote pas pour le Rassemblement national, ne préconise pas la peine de mort à tout va sauf pour les embryons, n'appelle pas au massacre des homosexuels ou au voile obligatoire pour les filles. Les questions traduisent de L’impuissance (quoi faire ? Que dire ? Comment convaincre ?) et du dégoût (comment devient-on idiot ? Qu'y a-t-il de plus fort que la bêtise ?). Ces questions, l'écrivain et l'animateur d'ateliers d'écriture est amené à se les poser souvent: c'est dans un bar où les insultes matinales fusent quand la télé annonce que Bowie est mort («Bien fait, qu'il crève!») ; c'est dans une classe où il intervient, l'élève qui le traite de« pédé » et renverse son bureau
avant de sortir pour ne pas rester dans la même salle qu'un « pédé » et que les « pédés, il faut les égorger ». C'est, ailleurs, cette jeune fille qui affirme qu'elle épousera l'homme que ses parents lui choisiront et qu'elle en sera heureuse. C'est lors d'une barbecue party, cet autre qui avec des arguments économiques que ne renierait pas Macron, explique que la littérature est une activité inutile, autant dire nuisible. Comment réagir face à ça ?
Éric Pessan, dans ce recueil de textes qui font une unité, n'apporte aucune réponse théorique. Il témoigne simplement. Il met à plat son impuissance à agir, sa colère, ses doutes. Il va chercher Montaigne ou Michaux pour tenter de mieux cerner ce qui se joue dans ces confrontations violentes, négatrices des valeurs qui l'animent.
« C'est aux chrétiens une occasion de croire que de rencontrer une chose incroyable. » Cette phrase tirée des Essais, il se la met en bouche, il l'a fait rouler sous la langue, la laisse pénétrer en lui pour lui trouver la capacité de répondre à ce qui, quatre siècles et demi plus tard, fait question. « Cette phrase, écrit Pessan, dit avec précision ce qu'est une croyance : quelque chose qui se nourrit de chaque réfutation. »
Et d'ajouter : « Tout ce que je pourrais dire et écrire sur l'égalité et la tolérance pourrira dans l'esprit d'une personne intolérante et se transformera en compost. » Ne rien dire donc, ne rien écrire ? On sait d'avance quelle réponse l'écrivain apporte à cette conclusion. Il écrit Pessan et il n'est pas près de s'arrêter. C'est parfois ici une écriture-cri : « Silence ! Par pitié. Taisez-vous donc !» lance-t-il aux voix racistes et antisémites qui l’acculent, avant de choisir de parler de lui, de faire de lui un exemple : «je n'ai rien trouvé de mieux que la littérature. Sérieux, j'explique que je lis pour la connaissance et l'extase. Les livres m'ouvrent au monde. ( ... )Si seulement je savais comment j'ai cheminé vers la littérature, je pourrais partager la formule secrète. » Ce faisant, n'est-il pas comme ceux qu'il combat : sûr de ses valeurs, prêtre de sa foi ? Lucide, l'écrivain porte un regard acéré sur le « gauchiste » qu'il est, sur ces gens qui aiment la culture et s'indignent d'une baisse de budget pour un théâtre, sauf si c'est un théâtre dont ils n'aiment pas la programmation ...
Sur cette absence de réponse, le livre se bâtit dans une forme poreuse, allant tantôt du côté du témoignage, du récit autobiographique, bifurquant là vers
l'invective, saisissant des images restées en mémoire. Une forme ouverte pour dire l'espace à habiter entre l'enfer des autres et le paradis auquel on rêverait, pourtant, de les conduire"


À propos de l’auteur

Éric Pessan est né en 1970 à Bordeaux. Il est écrivain et dramaturge, auteur de romans, de fictions radiophoniques, de textes en collaboration avec des plasticiens, de poésie, de théâtre et de livres pour la jeunesse. Il s’est occupé de la revue d’art et de littérature Éponyme, publiée par les éditions Joca Seria (quatre numéros parus) et anime régulièrement des ateliers d’écriture et des rencontres littéraires. En compagnie de Nicole Caligaris, il a codirigé l'ouvrage collectif Il me sera difficile de venir te voir, correspondances littéraires sur les conséquences de la politique d'immigration française, publié en octobre 2008, aux éditions Vents d'ailleurs.
Il est membre du comité de rédaction de la web revue remue.net et de la revue Espace(s) éditée par l'observatoire de l'Espace (centre national d'Études Spatiales).
Prix NRP (Nouvelle Revue Pédagogique) de littérature jeunesse pour son roman Aussi loin que possible en 2015.
Grand Prix SGDL (Société des gens de lettres) du roman Jeunesse pour Dans la forêt de Hokkaido en 2018.

Bibliographie

La connaissance et l'extase, L'Attente 2018 • Quichotte, autoportrait chevaleresque, Fayard, 2018 • De si beaux uniformes, Espaces 34, 2018 • Un chagrin d’amour avec le monde entier (avec Virginie Sauvageon), Le Chemin de fer, 2017 • Dans la forêt de Hokkaido, l’École des loisirs, 2017 (Grand Prix SGDL Jeunesse) • Pebbleboy, l’École des loisirs, 2017 • La plus grande peur de ma vie, l’École des loisirs, 2017 • La Nuit du second tour, Albin Michel, 2017 • Lettre ouverte au banquier séquestré dans ma cave depuis plusieurs semaines, Éditions Le Réalgar, 2016 • Sang des glaciers, La Passe du vent, 2016 • Parfois, je dessine dans mon carnet, L'Attente, 2015 • Le Démon avance toujours en ligne droite, Albin Michel, 2015 • En voie de disparition (essai), Al Dante, 2015 • La hante (avec Patricia Cartereau), L’atelier contemporain, 2015 • Aussi loin que possible (roman jeunesse), l’École des loisirs, 2015 • Cache-cache (théâtre), l’Ecole des loisirs, 2015 • Le démon avance toujours en ligne droite, Albin Michel, 2015 • La fille aux loups (avec Frédéric Khodja), Le Chemin de fer, 2014 • Le syndrome Shéhérazade, L'Attente, 2014 • Et les lumières dansaient dans le ciel (roman jeunesse), L’École des Loisirs, 2014 • Muette, Albin Michel, 2013 • Ôter les masques, essai sur Shining de Stephen King, Cécile Defaut, 2012 • N (avec Mikaël Lafontan), Les Inaperçus, 2012 • Plus haut que les oiseaux (roman jeunesse), L’École des Loisirs, 2012 • Quelque chose de merveilleux et d'effrayant, roman jeunesse, avec Quentin Bertoux, Thierry Magnier, 2012 • Monde profond, L'atelier In-8, 2012 • Dépouilles, roman-théâtre, L'Attente, 2011 • La grande décharge, théâtre, L’Amandier, 2011 • Sexie conférencière, Derrière la salle de bains, 2011 • Croiser les méduses, L'atelier In-8, 2011 • Incident de personne, roman, Albin Michel, 2010 • Moi, je suis quand même passé, poésie, Cousu Main, 2010 • Tout doit disparaître, théâtre, Théâtre Ouvert, 2010 • La nuit de la comète, nouvelles, Cénomane, 2009 • Cela n’arrivera jamais, roman, coll. "Fiction & Cie",Seuil,  2007 • Une très très vilaine chose, roman, Robert Laffont, 2006 • Les géocroiseurs, roman, La Différence, 2004 • Chambre avec Gisant, roman, La Différence, 2002 • L’effacement du monde, roman, La Différence, 2001 réédition en poche (collection Minos-2004) /// Fictions radiophoniques La grande décharge (2011, France Culture) • La plus heureuse entre toutes les mères (2009, France Culture) - La grande enseigne (2008, France Culture) • Dépouilles (extraits) (2006, France Culture) • Demain matin, la lune (2005, France Culture) • Seuls mes yeux (2005, France Culture) • Le syndrome de Münchhausen (2004, France Culture) • La Signature (2003, France Culture)