Sélectionner une page

Au centuple

par Jérôme Lafargue

Couverture d’ouvrage : Au centuple
Fiche technique :Prix: 12,50 €
ISBN : 978-2-36242-063-4
Taille : 14,00 x 18,00 cm
Pages : 112

Cent balles au bond

Se fixant comme contrainte d’écrire cent textes constitués de cent mots chacun, l’auteur nous promène dans une dimension qui côtoie la fiction, l’histoire littéraire, la politique, le burlesque ou l’intime. Chaque paragraphe est autonome, étonne et percute par sa justesse, par sa finesse. L’ensemble se tient en un corps kaleïdoscopique à la fois poétique et réflexif sur notre société, non dénué d’une certaine touche comique.

Parution :
Thématiques :
Extrait :

Au centuple #10

Chasseur de jeans. Voilà une activité originale. Et lucrative : aux enchères, ces Denim qui ont pris la poussière pendant plus d’un siècle peuvent atteindre de belles sommes. Chaque année, les mines d’or désaffectées de l’Ouest américain sont explorées par des collectionneurs ou des petits malins. Au bout de leurs lampes frontales, des paires de pantalons encore accrochées à leurs patères, ou dépassant d’un éboulis. Qui sait, les anciens propriétaires sont peut-être ensevelis à quelques mètres de là.
Quelques fureteurs moins aventureux s’en tiennent aux usines de traitement de l’or ou aux villages fantômes. C’est plus reposant et moins salissant.

*

Au centuple #16

LIRE PLUS

Dès que Horace Stumpead (1972-2012) lut ce passage de Paul Auster dans La Nuit de l’oracle («  La table d’un écrivain est un lieu sacré, le sanctuaire le plus privé qui soit au monde, et on n’a pas le droit de s’en approcher sans permission »), il empila autour de son bureau des sacs de sable, puis s’arma d’un lance-pierres et d’une sarbacane. On l’entendait de temps à autre pousser des hurlements, destinés à effrayer les rares téméraires qui se risquèrent à le raisonner. Il mourut dix jours après de privation de sommeil, sans avoir pu terminer le moindre livre.

REGROUPER
Critiques :Marianne dans Charybde27: Le blog a écrit:

Déclaration d’amour à la littérature et à tout ce dont elle est capable, ces exercices de style d’un écrivain à l’imagination sans limites, qui ne se prend pas toujours très au sérieux mais prend toujours la littérature très au sérieux...

Philippe Annocque dans Hublots a écrit:

Toutes les cent histoires (lesquelles n'en sont pas toujours au sens strict du terme – mais certes tout n'est-il pas qu'histoires ?) composant ce huitième livre de Jérôme Lafargue qui, pour tout récemment paru (aux éditions de l'Attente) qu'il soit, n'est déjà plus le dernier (et cela nous rassure, vous allez comprendre pourquoi), comptent cent mots, ni plus ni moins. Aussi m'en faudra-t-il exactement le même nombre pour composer ce billet, lequel selon mon habitude ne parle pas du livre lui-même, mais informe son auteur imprudent que le voici condamné, pour une parfaite cohérence, à en publier encore quatre-vingt-douze autres.


À propos de l’auteur

Jérôme Lafargue est né en 1968 dans les Landes. Chercheur en sociologie, surfeur, auteur d’œuvres de fiction et de poésie, il a notamment publié L’Ami Butler, (Quidam 2007), Dans les ombres sylvestres, (Quidam, 2009), L’année de l’hippocampe, (Quidam, 2011) et En territoire Auriaba, (Quidam, 2015). Un souffle sauvage (éditions du Sonneur, 2017).

Bibliographie

Un souffle sauvage, éditions du Sonneur, 2017 • Au centuple, L’Attente, 2017 • En territoire Auriaba, Quidam, 2015 • Nage entre deux eaux, L’Atelier in8, 2011 • L’Année de l’hippocampe, Quidam, 2011 • L’Effacement des potences, Wigwam, 2009 • Dans les ombres sylvestres, Quidam, 2009 • Les Venues, L’Atelier in8, 2007 • L’Ami Butler, Quidam, 2007