Sélectionner une page

En voie d’abstraction

par Rosmarie Waldrop

Couverture d’ouvrage : En voie d'abstraction
Fiche technique :Prix: 14,00 €
ISBN : 978-2-36242-090-0
Taille : 14,00 x 18,00 cm
Pages : 160

Prose philosophique

"Mais voilà que le zéro est arrivé, répandant ses méfaits à travers toute l’Europe chrétienne." Réunissant intimement esprit critique et travail de poésie, Rosmarie Waldrop embarque ici dans l’histoire humaine (grandes découvertes, guerre d’Irak, musique, peinture, finances, croyances, philosophie) pour observer les progrès de notre pouvoir d’abstraction qui, malgré tous les ponts qu’il édifie sur le vide, ne le résoudra jamais.

Extrait :

(p. 29) :
MATÉRIAUX

J’ai une vieille aversion pour la pierre, les associations culinaires avec l’argile, et une horreur du plastique. Creux et bosses. L’imprécision des contours soulève des doutes que le marbre a résolus mais j’ai toujours eu envie de faire un croc en jambe aux statues. Entourées qu’elles sont de voyeurs, elles raidissent leur absence de colonne vertébrale pour refuser à la fois la théorie précise et la vérification approximative. Comme des vierges. Ai-je besoin du mutisme de la matière pour m’inquiéter de sa réalité ? La nuit tombe vite, comme une perte d’équilibre, comme la mort vient au soldat, avec du change en poche. Et puis il y a ces phrases que je saisis pour les tordre. Elles s’écroulent bruyamment devant le mot identitaire, soulevant un vent vide entre les fragments.

Critiques :Christian Rosset dans DIACRITIK a écrit:

En voie d’abstraction est un des plus beaux écrits de Rosmarie Waldrop, même si lisant ou relisant, dans la foulée, La route est partout, La revanche de la pelouse (déjà cités) ou La reproduction des profils (traduit par Jacques Roubaud, Melville, 2004), on n’a guère envie de hiérarchiser la douzaine d’opus (du moins en traduction française) qui composent cette œuvre où poèmes et proses les plus anciens tiennent encore et toujours la route. Et comme il est justement écrit sur la quatrième de couverture, il s’agit d’un embarquement “dans l’histoire humaine (grandes découvertes, guerre d’Irak, musique, peinture, finances, croyances, philosophie) pour observer les progrès de notre pouvoir d’abstraction qui, malgré tous les ponts qu’il édifie sur le vide, ne le résoudra jamais.”


À propos de l’auteur

Née en 1935 en Allemagne, Rosmarie Waldrop vit à Providence, Rhode Island (États-Unis). Elle est poète, traductrice et, avec son mari Keith Waldrop, co-dirige les éditions Burning Deck depuis 1961. Cette maison d’édition au long cours est un cas unique, un modèle clef dans le monde de l’édition de poésie. Rosmarie Waldrop a traduit entre autres Edmond Jabès, Jacques Roubaud, Emmanuel Hocquard, et plusieurs poètes allemands. Des traductions de son travail ont été publiées en France et dans de nombreux pays d’Europe.
Les livres qu’elle écrit en commun avec Keith Waldrop seraient l’œuvre d’un « troisième Waldrop », qui n’écrit ni tout à fait comme Keith, ni tout à fait comme Rosmarie.

Bibliographie

En français (livres traduits de l'américain)En voie d'abstraction, traduit par Françoise de Laroque de Driven to Abstraction, L'Attente, 2020 • Manuel de mandarin, traduit par Bernard Rival, contrat maint, 2016 • La revanche de la pelouse, traduit par Marie Borel & Françoise Valéry de The Lawn of Excluded Middle, éditions de l’Attente, 2012 • La route est partout, traduit par Abigail Lang de The Road is Everywhere, éditions de l’Attente, 2011 • d’Absence abondante, traduction collective dirigée par Pascal Poyet, de Lavish Absence, contrat maint, 2009 • Dans n’importe quelle langue, traduit par Pascal Poyet, contrat maint, 2006 • La reproduction des profils, traduit par Jacques Roubaud, Melville, 2004 (première édition : La Tuilerie Tropicale, 1991) • Pelouse du tiers exclu, traduit par Marie Borel, extrait de The Lawn of Excluded Middle, Format Américain, 2001 • Pré & con, traduit par Pascal Poyet, contrat maint, 1999 • Quand elles sont douées de sens, traduit par Françoise de Laroque, Spectres Familiers, 1989 • Différences à quatre mains, traduit par Paol Keineg, Spectres Familiers, 1989 • Le mouchoir de la fille du roi Pépin, traduit par Rosy Pinhas-Delpuech, Liana Lévy, 1989 • Comme si nous n'avions pas besoin de parler, traduit par Roger Giroux, Terriers, 1980 De Keith & Rosmarie WaldropUn cas sans clef, traduit par Marie Borel et Françoise Valéry, éditions de l’Attente, 2010 • Light Travels, traduit par David Lespiau, éditions de l’Attente, 2006 • Tome un, traduction collective Royaumont et Juliette Valéry, Créaphis (Un bureau sur l'Atlantique), 1997 Dans des anthologies ou en revueRoyaumont : traduction collective 1983-2000, Rémi Hourcade, Grâne, pp. 497-503, Créaphis, 2000 • Fenêtre d’accélération, traduit par André Paillaugue, 3ème partie du livre The Lawn of excluded Middle (Duration Press, 1993), revue Action poétique n° 160-161, octobre 2000 • Je te continue ma lecture, M. Cohen-Halimi & F. Cohen, P.O.L, 1999 • Une "Action Poétique" de 1950 à aujourd'hui, Pascal Boulanger, Flammarion, 1998 • Le poète d'aujourd'hui (1987-1994), Dominique Grandmont, Maison de la Poésie Rhône-Alpes, 1994 • 20 Poètes Américains (M. Deguy/J. Roubaud), Gallimard, 1980